Retour aux actualités

VERS UNE FEUILLE DE ROUTE 2020-2022

-

Groupe régional CAEN ROUEN

21/10/2020

D’UN SONDAGE VERS UNE FEUILLE DE ROUTE


Vous avez été très nombreux (873 sur 5512, soit un taux de réponse de 16% ) à répondre à un sondage dont votre bureau a pris l’initiative cet été, assurant ainsi la fiabilité et la crédibilité d’un exercice destiné à mieux cerner vos attentes, au début d’une nouvelle mandature (votre conseil d’administration est entré en fonction juste avant le début de la crise sanitaire) et à l’heure des débats ouverts par les annonces sur la disparition de l’ENA ou l’entrée en vigueur de la loi sur la transformation de la fonction publique. 

Qui êtes-vous ?


Qui êtes-vous, vous qui avez pris la peine de répondre à ce questionnaire qui portait, dans un premier temps sur le rapport que vous entretenez avec l’Ecole et avec l’AAEENA, puis ensuite, sur votre degré de connaissance et surtout vos envies, vos souhaits sur les actions entreprises par l’Association et les services qu’elle offre ? 

Une fois sur quatre, c’est une ancienne élève qui a pris sur son temps pour nous répondre. Francilien (ou francilienne), à une très large majorité, en région pour 17%, dans un autre pays, pas nécessairement européen, pour 14%. 27% d’entre vous sont retraités ; donc 73% sont en activité, qui se décomposent entre actifs, dans une administration, une institution publique un opérateur de l’Etat, une juridiction ou un corps d’inspection, pour à peu près la moitié, dans une entreprise publique ou privée, ou en exercice libéral, pour environ 20%. Les quelques 3% restants servent dans le secteur non lucratif, une association le plus souvent, dans une organisation internationale. L’un des répondants déclare exercer en tant que psychanalyste, tandis qu’un autre revendique le statut de comédien.

Diversité, bien réelle, et attachement au service public et, plus généralement, aux activités d’intérêt général caractérisent, de façon assez attendue, notre population. Plus remarquable est l’analyse « générationnelle » des répondants, qui font apparaître un fort taux de camarades sortis de l’Ecole dans les années 1980 (20%) et une proportion encore plus forte de jeunes camarades sortis de l’Ecole entre 2010 et 2019 !

 



L’ENA et vous


Pour se rapprocher du rapport entretenu avec l’Ecole, on constate que 40% de nos camarades répondants sont issus du concours interne et plus de 44% de l’externe, 7 % du troisième concours, soit autant que les polytechniciens par accès direct et les titulaires d’un master. On remarquera surtout la prévalence du facteur tiré du genre, puisque les femmes (il s’agit toujours de la population des répondants) sont majoritairement issues du concours interne (50%) puis du concours externe (35%), répartition qui s’inverse chez les hommes, dans des proportions très similaires. Votre attachement à la défense du principe du concours, comme voie d’accès normale aux carrières de la haute fonction publique (voir infra), s’explique largement par ses effets attendus ou observés sur la féminisation, voire sur la diversification sociale des recrutements. 



De la même manière, et c’est une bonne surprise, les anciens élèves font part de leur épanouissement professionnel et personnel et le sentiment de fierté s’avère très partagé, avec plus de 55% de « très fiers » et près de 28% de « fiers », ressenti d’autant plus prononcé chez nos camarades retraités. Au-delà de ce premier mouvement, les avantages retirés d’un « passage » par l’Ecole sont largement reconnus, certains évidents les conséquences heureuses sur la carrière professionnelle ou encore la constitution d’un réseau, d’autres à rebours de bien des idées reçues, par exemple en matière de formation intellectuelle, d’épanouissement personnel voire, certes dans une moindre mesure, de vivier pour nouer des relations amicales ou privées durables.

 Quant à ce qui est attendu de l’Ecole, et donc que nous devons défendre, il s’agit pour la moitié des réponses environ, de maintenir la cohésion entre les différentes catégories des corps actuellement formées par l’ENA ou de lutter contre la tentation des recrutements parallèles. La contribution au gommage des inégalités potentielles de carrières (246 réponses sur 540) ; ainsi que la diversification des recrutements ou encore la défense du service public et de l’intérêt général, interviennent ensuite, l’ensemble miroitant de façon très logique avec les positions à défendre et les actions à mener par l’AAEENA, que la majorité considère comme prioritaires.


Vous et l’AAEENA


Nous voulons toujours mieux connaître nos adhérents et, quitte à ce notre cœur en saigne, comprendre les raisons des refus d’adhérer.

L’adhésion fidèle des retraités (plus de 50% des adhérents fidèles) ne nous aura pas surpris. Elle se situe loin devant les membres travaillants dans l’administration active (près de 21%), talonné par les camarades appartenant à une juridiction ou à un corps d’inspection (13%) ou travaillant dans une entreprise privée (8%). Rapprochés de la répartition des réponses au sondage, ces chiffres ne traduisent pas, bien au contraire, une dilution de la fidélité à l’AAEENA proportionnelle à la distance du service public actif. Les deux groupes qui se signalent comme particulièrement fidèles à l’AAEENA  sont les retraités d’une part et, d’autre part, les entreprises (privées principalement), dont les sections se signalent par leur activité et leur dynamisme.

Outre l’adhésion, la connaissance de l’Association par ses membres de ses prises de position et de son offre de services, constitue un point essentiel, concernant les actions qu’elle mène. En général, les membres affirment avoir une bonne connaissance des prises de positions de l’Association (294/621) et des évènements qu’elle organise (313/621), connaissance encore plus aigüe dans la population retraitée. Si le rôle prêté aux délégués de section semble être minime (32/621), la majorité des membres s’accordent à dire que les informations de l’Association leur parviennent via le site internet (290/674), la revue (297/674) et dans une moindre mesure les médias généraux (188/674).


L’action de l’Association et les services qu’elle propose

C’était le centre du sondage… Bien cerner vos attentes sur cinq points essentiels : les prises de position de l’Association, notamment pour la défense de l’Ecole, l’offre de services purement professionnels et l’organisation d’évènements, qui sont les deux faces de la mise en place d’un réseau, les services proposés aux personnes (assurance, assistance ?) et les outils de communication que sont le site et la revue.

Prises de position, défense de l’Ecole, priorités d’action

Les réponses obtenues dégagent nettement une priorité (à 90,7%) : la défense du principe d’une école nationale, comme outil ambitieux de recrutement et de formation d’une haute fonction publique neutre et de carrière. Cette priorité peut se décliner, sans contradiction aucune, avec les autres priorités signalées : l’attachement au concours comme mode d’accès de droit commun aux premiers postes de responsabilités, gage de la neutralité du mode de recrutement initial. D’autres principes ont été signalés, à l’instar de la diffusion des « valeurs » du service public et de l’intérêt général, de la méritocratie, mais aussi la diversification des profils, passant notamment par la lutte contre les discriminations, la réduction des inégalités, voire la lutte contre un certain entre soi. 

Le renforcement des dispositifs de formation professionnelle initiale et « tout au long de la vie » dispensées par l’Ecole est cité dans plus d’un cas sur trois comme une priorité, tout comme la référence à l’action internationale, évoquée entre autres au travers de la défense du nom de l’ENA largement reconnu à l’international.

Défense des intérêts professionnels : constitution d’un réseau professionnel

La défense des intérêts professionnels est plébiscitée et la constitution d’un réseau, à l’ombre de l’Association, n’est plus un tabou (70% des répondants déclarent le souhaiter).

Toutefois, et sans jamais préjuger de sa nécessité, vous êtes 86% à déclarer ne pas songer, ou n’avoir pas songé, voire n’avoir pas eu besoin de songer … à recourir à l’assistance du service carrières . Demande inédite : une personne sur deux estime que l’Association pourrait contribuer à lui trouver un collaborateur ou un stagiaire. Enfin, l’amélioration des carrières des hauts fonctionnaires et le soutien à apporter aux associations professionnelles ou syndicales qui défendent les intérêts matériels ou professionnels des hauts fonctionnaires de l’Etat sont citées en tête des préoccupations des répondants. C’est un phénomène suffisamment neuf pour être souligné.


Services proposés aux personnes

Il s’agit des services assuranciels ou autres que l’AAEENA propose par l’intermédiaire de ses partenaires. Le sondage révèle que malgré les efforts de l’Association pour les faire connaître, ils demeurent mal connus, du plus grand nombre et peut-être des générations els plus jeunes, auxquels ils s’adressent d’ailleurs. Seuls un tiers des répondants affirment avoir connaissance des différents types de contrats proposés. La mise à l’étude d’un dispositif d’aide, juridique, voire financière, à des anciens élèves en grande difficulté personnelle, recueille l’assentiment de deux répondants sur trois.

Evènements et entretien d’un réseau

Confirmation d’une solide intuition, 90% des membres souhaitent que l’AAEENA anime aussi le réseau des anciens élèves par l’organisation d’évènements. Les « Lundis de l’ENA » comme les conférences désormais organisées par le cercle ENA entreprises/ « AGORENA » sont connus, identifiés et même plébiscités .

Les réponses fourmillent d’intéressants éclairages sur le format, la localisation de ces événements, sur le budget limité qu’on est prêt à y consacrer etc. Une majorité des répondants déclarent que leur participation ne pourra dépasser une fréquence, au mieux, semestrielle. L’élargissement de l’offre aux manifestations organisées par d’autres associations d’« alumni », et à des thématiques nouvelles, incluant la place des territoires, les enjeux de l’aménagement urbain etc. a été cité.

L’organisation à Paris des événements revient comme une critique récurrente, qui appelle le souhait d’un déploiement en région, voire par des plateformes numériques. Toutefois, très peu de répondants se déclarent disposés à s’impliquer dans leur organisation.

Les outils de communication : le site et la revue

La qualité de la Revue n’est pas en cause, mais sur 873 répondants, 381 ont déclaré ne pas y être abonnés, soit par méconnaissance, soit par désintérêt du contenu, le coût de l’abonnement et son indisponibilité en ligne étant également invoqués.

Les pistes d’amélioration suggérées vont dans deux directions opposées : une réorientation du contenu des dossiers, jugées traités de façon trop institutionnelle ou trop classique, ou leur disparition au profit d’un recentrage sur la vie de l’Association et de l’Ecole. Les partisans du dossier « rénové » citent l’élargissement des thèmes traités, mais surtout la rénovation de la forme (des articles moins nombreux ou plus synthétiques, des opinions plus tranchées, sinon des notes d’humour…).

Quant au site internet, fréquenté par moins d’un répondant sur trois, les suggestions portent majoritairement sur son accessibilité et le contenu de ses informations.

L’engagement

Au travers de l’Association, certains membres se déclarent disposés à agir pour la communauté, via des contributions écrites, des actions de solidarité diverses, toujours au service de la promotion de candidats, les moins favorisés socialement, aux concours de la haute fonction publique et, bien sûr, au service de la parité femme-homme. Le soutien des initiatives innovantes de l’administration au service de l’intérêt général au sein de la sphère publique constitue également un axe de l’engagement que des anciens élèves se disent disposés à prendre.

Enfin, moins de 30% des camarade interrogés déclarent avoir connaissance des possibilités d’aider financièrement l’Association, par un don, un legs ou une opération de parrainage.



ELEMENTS D’UNE FEUILLE DE ROUTE 2020-2022


On déduit en creux des réponses à ce questionnaire et des riches enseignements qu’on peut en tirer les linéaments d’une feuille de route pour l’Association.

•    Défendre l’ENA et, à travers elle, tous les principes auxquels elle est associée depuis sa création (professionnalisme, neutralité, loyauté, mais aussi promotion de la parité, de la diversité et da la mixité) ainsi que le rayonnement de l’Ecole à l’international

•    Affirmer la nécessité de défendre les intérêts professionnels des anciens élèves sans crainte de constituer un véritable réseau professionnel, dont le service carrière de l’Association serait le pivot

•    Continuer d’animer le réseau par des évènements adaptés qui pourraient se déployer en région, avec le concours de camarades motivés pour contribuer à leur organisation.

•    Mieux faire connaître les services à la personne offerts par l’Association, en relation avec ses partenaires, et étudier la possibilité d’agir de façon appropriée et généreuse auprès de camarades qui se troueraient momentanément en grande difficulté.

•    Une communication renouvelée, un site plus accessible, une revue avec plus de lecteurs

•    L’engagement : promouvoir le bénévolat, l’implication dans les travaux des commissions, l’organisation et la proposition d’évènements nouveaux



81 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Demande de l'Institut de l'engagement

photo de profil d'un membre

Myriem MAZODIER

17 octobre