logo de l'association des anciens élèves de l'ENA Association des anciens élèves de l'Ecole nationale d'administration
Vous êtes ici : Accueil Manifestations Colloques Colloque Erignac : L'État de la République
Colloques

Colloque Erignac : L'État de la République

Décider ensemble de la République, renouveler la démocratie, aimer l'État, tels sont les thèmes de réflexion et de dialogue que vous propose la deuxième édition du Colloque Claude Erignac qui se tiendra dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne le 28 septembre 2017...
Colloque Erignac : L'État de la République

Décider ensemble de la République, renouveler la démocratie, aimer l'État, tels sont les thèmes de réflexion et de dialogue que vous propose la deuxième édition du Colloque Claude Erignac qui  se tiendra dans le  Grand  Amphithéâtre de la Sorbonne le 28 septembre 2017 : L'Etat de la République

L'Association du corps  préfectoral  et  des  hauts  fonctionnaires du  ministère de l'Intérieur, en partenariat avec  le  Centre  européen  des  études  républicaines vous invite à cet échange.

Laurent Fabius, Président du Conseil Constitutionnel, introduira les débats de ce colloque qui réunira de nombreux experts et acteurs de renom, de tous horizons, autour de trois tables rondes et d'interventions de grands témoins.
 
Participeront notamment au  colloque Didier  MigaudAlain Juppé, Xavier Bertrand, Marcel Gauchet.


Rendez-vous le Jeudi 28 septembre 2017 de 09h30 à 18h30 au Grand Amphithéâtre Université Paris-Sorbonne
 



INTRODUCTION


Le modèle démocratique forgé à partir de la fin du XVIIIe siècle fait aujourd’hui l’objet de contestations en bonne part inédites qui en interrogent les fondements principaux. D’un côté, le régime représentatif est accusé de favoriser la constitution d’une élite politique professionnelle qui creuse un fossé avec le peuple et suscite la montée d’un populisme menaçant qui fragilise les corps intermédiaires. De l’autre, les valeurs de la République sont tenues pour obsolètes ou vagues - 65% des  Français  disent  en 2015 ne plus savoir ce qu’elles recouvrent.

Les idéaux de supériorité de la loi et d’égalité de tous devant elle sont mis à mal par les progrès de l’individualisme, la reconnaissance des identités et des minorités -religieuses, sexuelles, ethniques- et la dénonciation des effets tyranniques de la règle majoritaire. Le creusement des inégalités, porté par la mondialisation dont les fruits sont partagés de manière déséquilibrée et par le recul de la légitimité des politiques de redistribution keynésienne, multiplie de facto les exclus de la Res Publica et entretient un mécontentement  durable qui permet à certains de questionner la légitimité du politique à réguler la vie sociale.

Enfin, l’évolution de plus en plus rapide des technologies, la place centrale désormais occupée par les réseaux sociaux et l’omniprésence des médias, anciens et nouveaux, transforment les cadres de l’activité politique et  de  l’action  publique : en abolissant temps et espace, en créant une forme d’immédiateté générale, en donnant à tous la possibilité de s’exprimer sur tout, elles participent à la remise en question des formes et des conditions de la politique.


Un désenchantement démocratique semble ainsi s’installer. Il se manifeste notamment par l’abstentionnisme, le rejet des partis politiques, la critique lancinante du « système », et la fascination pour des modèles politiques autoritaires : 30 % des Français sondés en novembre 20162 pensent que la démocratie n’est plus le meilleur système. Le jeu politique divise le territoire et la population.


La France n’est pas seule à faire cette expérience : elle touche l’ensemble des États de l’Union européenne et l’Union elle-même, par-delà les différences institutionnelles et les équilibres nationaux. Certains exemples sont connus : l’Italie, où la classe politique semble frappée de discrédit, pendant que progressent plusieurs types de populismes assez dissemblables, comme la Lega Nord ou Cinque Stelle . Le Royaume Uni est déstabilisé par le Brexit qui creuse les différences entre régions, classes sociales, et générations, une partie de son territoire veut faire sécession. Les États-Unis, où l’élection du Président Donald  Trump a révélé les fractures internes, sont tentés par le repli national.
Ce constat invite à s’interroger sur les contre-feux et les solutions à ce désenchantement, lourd de menaces qui fait le lit des populismes et des communautarismes.


Pour répondre à la critique de l’État et de ses agents, à la dénonciation d’un système qui serait celui des élites, des corps intermédiaires, pour refonder la séparation des pouvoirs, relégitimer l’impôt et réinventer la notion d’intérêt général, il est nécessaire de mobiliser les acteurs les plus divers, politiques, économiques, sociaux, associatifs et la société civile dans son ensemble, les citoyens  et les jeunes et inciter chacun à prendre part à une réflexion nécessaire sur l’avenir de la République et des valeurs qui la fondent.

L’État doit renforcer son rôle de stratège et de rassembleur. Il ne peut pas tout et surtout il ne peut pas tout faire seul : la refondation républicaine passe par de nouvelles formes de concertation, de décision et d’action dont cette rencontre veut imaginer les contours.

09h30 : MOTS D’ACCUEIL
M. Gilles Pécout, Recteur de la région académique Île-de-France, recteur de Paris, chancelier des universités
M. Jean-François Carenco, préfet, président de l’association du corps préfectoral et des hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur.
Mme Anne Boquet, préfète, Inspectrice générale des Finances en service extraordinaire, en charge de l’organisation du colloque
-------------
09h45 : EXPOSÉ INAUGURAL
M.    Laurent    Fabius,    Président    du    Conseil Constitutionnel
-------------
10h05 : INTERVENTION
M. François Baroin, président de l’Association des Maires de France
------------
PREMIÈRE PARTIE : VAINCRE LE DÉSENCHANTEMENT DÉMOCRATIQUE
-------------
10h25 : GRAND TÉMOIN
M. Marcel Gauchet, Philosophe, historien, directeur d’études émérite à l’EHESS, rédacteur en chef de la revue Le Débat
-------------
10h45 : TABLE RONDE N°1
Les    racines    du    désenchantement démocratique
Animée par Mme Sophie Brocas, préfète d’Eure et Loire

M. Brice Teinturier, DG de l’institut IPSOS
M.    Antoine    Chollet,    enseignant-chercheur    en pensée politique à l’Université de Lausanne
M. Laurent Solly, DG France de Facebook
M. François Falletti, Ancien procureur général près la cour d’Appel de Paris

11h45 : GRAND TÉMOIN
M. Bruno Jeudy, journaliste, rédacteur en chef au service politique de Paris Match

12h05 : INTERVENTION
M. Jean-Marc Sauvé, vice-président du Conseil d’État
------------
12h20 : DIALOGUE D’ÉLUS
Animé par M. Jean-François Carenco
M. Alain Juppé, maire de Bordeaux
Mme Anne Hidalgo, maire de Paris
-------------
13h00 : PAUSE MERIDIENNE
Ateliers pour les lycéens animés par M. Olivier Schinz, du Musée d’ethnographie de Neuchâtel
-------------
DEUXIÈME PARTIE : DÉCIDER ENSEMBLE LA RÉPUBLIQUE
------------
14h00 : INTERLUDE
Lectures de textes de Tocqueville par des jeunes.
-------------
14h15 : GRAND TÉMOIN
M. Didier Migaud, Premier Président de la Cour des Comptes
-------------
14h35 : TABLE RONDE N°2
Fractures    territoriales    et    unité    de    la République
Animée par Michel Cadot, préfet de région

Mme Nicole Notat, présidente de Vigeo-Eiris, ancienne secrétaire générale de la CFDT
Mme Cécile Laborde, professeure de théorie politique à l’Université de Londres
M. Patrick Braouezec, Ancien député-maire de Saint-Denis, président de Plaine Commune
M. Pierre Jarlier, ancien sénateur, maire de Saint- Flour

15h35 : GRAND TÉMOIN
M. Enrico Letta, Doyen de l’École des affaires internationales de Sciences Po Paris (PSIA), ancien Président du Conseil des ministres italien
------------
15h55 : INTERLUDE
------------
16h20 : GRAND TÉMOIN
M. Xavier Huillard, PDG de Vinci
------------
16h40 : TABLE RONDE N°3
L’État et le renouveau démocratique Animée par Mme Catherine Ferrier, préfète du Lot.

M. Philippe Aghion, économiste, professeur au Collège de France (ou Mme Dominique Schnapper, directrice d’études EHESS)
M. Frédéric Worms, philosophe
M. Yves Sintomer, sociologue
M.    Stéphane    Bouillon,    préfet    de    la    région Provences Alpes Côtes d’Azur
------------
17h40 : GRAND TÉMOIN
M. Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT
------------
18h00 : INTERVENTION
M. Jean Quatremer, journaliste, correspondant de Libération à Bruxelles
------------
18h30 : DISCOURS DE CLOTURE
Par Monsieur le ministre de l’Intérieur

 

 

AAEENA - 226 boulevard Saint-Germain - 75007 Paris - Tél : 01 45 44 49 50 - Fax : 01 45 44 02 12 - info@aaeena.fr