logo de l'association des anciens élèves de l'ENA Association des anciens élèves de l'Ecole nationale d'administration
Vous êtes ici : Accueil Manifestations Actualités Election du nouveau bureau de l'AAEENA
Actualités

Election du nouveau bureau de l'AAEENA

Le Conseil d'Administration de l'Association, élu au cours de l'assemblée générale extraordinaire qui s'est tenue le jeudi 2 février 2017, a élu, le 9 février dernier, les membres du Bureau.
Election du nouveau bureau de l'AAEENA

Daniel Keller (1994), Directeur de la transformation et du digital du groupe Humanis, a été elu Président de l'Association.

Voir tous les membres du bureau cliquez ICI

Voir tous les membres du Conseil d'Administration cliquez ICI

CV

Daniel Keller, né le 27 Mars 1959

  1. Parcours professionnel

Actuellement : GROUPE HUMANIS : Directeur Transformation et Digital - Groupe de protection sociale

2011 - 2016 : GROUPE DE DISTRIBUTION RENAULT-DACIA : Directeur Général

2010 - 2000 : GROUPE RENAULT : Directeur Qualité / Directeur commercial / Directeur Réseau

1999- 1994 : MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES : Administrateur Civil DGI- SLF

1991- 1986 : UNIVERSITE DE PROVENCE : Enseignant en Sociologie

  1. Formation

- Ecole Nationale d’Administration (1992-1993)

- Ecole Normale Supérieure de Fontenay-Saint Cloud (1981-1986)

- DEA de Sociologie (1986)

- Agrégation des Lettres Modernes (1985)

  1. Institutions 

- Membre du Conseil économique, social et environnemental (Personnalité Qualifiée)

- Membre de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme

  1. Engagements associatifs

- Membre du Grand Orient de France : Association de 53.000 membres

- Membre de l’Entraide Universitaire : Association d’insertion des personnes handicapées


 

Déclaration d’intention de Daniel Keller

 

Chère Camarade,
Cher Camarade,

C’est en tant que membre nouvellement élu du Conseil d’administration que je vous adresse ma candidature à la présidence de l’Association des Anciens élèves de l’ENA dont l’élection se tiendra le 9 février prochain. J’ai à ce jour rencontré la quasi-totalité d’entre vous dans le souci de recueillir vos observations et de comprendre vos attentes. Il m’a paru d’autant plus essentiel de procéder ainsi que vous avez été nombreux à exprimer des interrogations, voire des inquiétudes sur le fonctionnement de l’Association et sur l’avenir de notre Ecole.

Un examen impartial de la situation conduit à souligner que l’Association est effectivement confrontée à des défis de plusieurs ordres dont nous devons avoir toutes et tous une compréhension objective, sans concession mais sereine.

Au préalable, il n’est pas inutile de rappeler les missions que l’article Premier des statuts en vigueur nous assigne : établir des relations amicales, un lien de solidarité et d’aide mutuelle entre les anciens élèves de l’ENA, les représenter auprès des pouvoirs publics et apporter son appui aux élèves de l’Ecole.

Cela étant, un premier constat s’impose. Nous ne fédérons à ce jour que 30% des anciens élèves, actifs et retraités compris et cette situation n’est pas nouvelle. Il nous incombe donc en premier lieu de réfléchir aux voies et moyens grâce auxquels nous ferons progresser ce taux. Il y va du rayonnement de notre structure. La représentativité de toute Association digne de ce nom est en effet le fondement incontournable de l’audience qu’elle prétend recueillir.

 

Deuxième constat tout aussi problématique. La crédibilité d’une association à but non lucratif dépend notamment de sa capacité à équilibrer ses comptes. Force est de constater dans notre cas que cet équilibre est depuis toujours fragile. Il repose en effet sur l’apport de produits exceptionnels, variables par définition. Une telle situation n’est pas viable à terme et nous interpelle. Là encore, il nous incombera de réfléchir ensemble au modèle économique à construire pour que notre Association échappe à la récurrence de tels aléas. C’est à la lumière de cette préoccupation que nous devrons collégialement examiner les conditions de recrutement du nouveau Directeur des services, pour ne pas éluder une question qui préoccupe chacun d’entre nous. Ce recrutement devra être envisagé sur la base d’une expérience et de compétences qui répondent aux enjeux que je viens d’évoquer et d’une analyse rigoureuse de nos besoins compte tenu des ressources mobilisables. A ce titre, et comme cela a été suggéré par le Conseil sortant, la mise en place d’une Commission Finances et Rémunérations semble utile.

Troisième constat. Un conseil d’administration n’est efficace que si l’ensemble de ses membres est uni par un lien de confiance réciproque et animé par un esprit de concorde. Pour ce faire, la gouvernance de la nouvelle mandature devra obéir à des règles de transparence dans lesquelles chaque membre devra se retrouver. Expliquer et soutenir auprès des sections les orientations fixées par le CA en sera plus aisé. A cette fin, le Conseil d’administration, en présence comme il se doit des délégués de section, sera rapidement réuni après l’élection du bureau pour mettre à plat tous les sujets de désaccord potentiel et permettre de répondre à toutes les questions que vous vous posez et que les délégués de section se poseraient.

Au-delà de ces prérequis, notre Association doit se mettre en ordre de marche pour relever efficacement des défis qui n’ont jamais été aussi exigeants. Nous sommes en effet les anciens élèves d’une Ecole qui sert trop souvent de bouc-émissaire aux blocages de notre société. L’énarchie est devenue le slogan d’une dénonciation des élites qui flatte le populisme ambiant. Il nous appartient de nous mobiliser pour montrer en quoi l’ENA depuis sa création, est une institution dont l’exemplarité ne devrait plus être à démontrer, tant en raison de la diversité de son recrutement, des parcours professionnels qu’elle offre, de son rayonnement international que du rôle joué par les anciens élèves de l’Ecole dans la modernisation et la transformation de la France depuis l’après-guerre. Gagner la bataille contre les préjugés est indispensable si l’on veut réfléchir sereinement à l’avenir de notre Ecole.

A nous de faire de notre Association un laboratoire d’idées efficace. A cette fin, le travail doit prioritairement reposer sur la contribution des commissions qui la composent. A un moment où l’avenir de l’Ecole est en jeu dans le débat public, au moment également où la haute fonction publique n’est plus nécessairement en mesure d’offrir à tous ses membres des perspectives de carrières complètes, la Commission Fonction Publique a de toute évidence un rôle stratégique à jouer. Mais au-delà de ces vicissitudes, il nous appartiendra aussi d’expliquer en quoi les valeurs du service public enseignées à l’ENA doivent plus que jamais innerver une société dans laquelle les notions d’intérêt général, de citoyenneté, d’éthique et d’intégrité, d’attention à autrui sont chaque jour un peu plus malmenées. L’ENA peut revivifier le modèle républicain auquel nous sommes attachés, à condition qu’elle continue comme elle a toujours su le faire de bâtir des ponts sans chercher à dresser des murs !

La Commission Politique Internationale devra de son côté renforcer le maillage du réseau des associations d’anciens élèves à travers le monde, les écoles nationales d’administration à l’étranger étant un élément de rayonnement important de notre modèle. Elle pourrait aussi identifier les besoins ponctuels d’expertise exprimés par les organisations internationales. Les actions conduites par la Commission Egalité des chances, en insistant sur les enjeux liés à la diversité, et la Commission Femmes mériteraient également d’être davantage valorisées. Elles démontrent en effet que l’ENA n’est pas le temple de la reproduction sociale décrié par certains.

Plus généralement, ces travaux gagneraient dans leur ensemble à être promus dans le public, ce qui contribuerait à modifier insensiblement la perception qu’ont de l’Ecole ceux qui ne la connaissent pas ! Enfin le cercle de nos activités pourrait s’élargir au-delà du périmètre parisien par l’organisation d’événements en province où nombre de nos camarades exercent.

Il conviendra enfin d’être attentif aux évolutions en cours, au premier rang desquelles le projet de transformation de l’Ecole en établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel. C’est un sujet sur lequel l’Association doit être en mesure de nouer un dialogue fructueux avec l’Ecole. A ce titre, il serait utile d’installer une Commission chargée des relations avec l’Ecole. Cette mission pourrait être étendue aux liens à renforcer avec les autres associations d’anciens élèves afin que nous disposions d’éléments d’analyse comparée.

L’ensemble de ces missions nécessitera de développer une véritable action de terrain : présence auprès des anciens élèves par le biais des sections auprès desquelles je me rendrai ; démarche en cours de scolarité auprès des élèves auxquels nous devrons expliquer ce qu’on pourra leur apporter une fois qu’ils auront quitté l’Ecole ; dialogue avec les associations professionnelles qui regroupent les hauts fonctionnaires à raison des concours dont ils sont originaires, du corps ou de l’administration auxquels ils appartiennent, écoute des besoins exprimés par les anciens élèves en activité, à fortiori quand ils sont en difficulté. C’est ainsi que nous donnerons de la chair au devoir de solidarité qui s’impose à nous.

Comme vous l’aurez compris, c’est un vrai travail collectif que je vous invite à réaliser dans lequel esprit de dévouement et esprit de loyauté trouveront naturellement à s’exprimer. Dans cette perspective, je souhaite mettre à disposition de l’Association le fruit de l’expérience que j’ai acquise dans mon parcours professionnel. Celui-ci s’est construit au service de l’Etat, avant et après l’ENA, puisque je suis issu du concours interne, d’abord en tant qu’enseignant à l’Université puis comme administrateur civil au Ministère de l’Economie et des Finances ; dans le secteur automobile et plus précisément dans le groupe Renault et enfin dans le secteur de l’économie sociale et solidaire, ayant rejoint en 2016 le groupe Humanis qui est un acteur majeur de la protection sociale en France.

J’aurai également à coeur de réfléchir avec vous aux synergies qu’il serait possible de développer avec les institutions dont je suis membre, à savoir notamment le Conseil Economique Social et Environnemental.

Enfin la diversité de mes engagements associatifs s’est toujours fondée sur des règles d’indépendance, d’éthique et de fermeté au service de convictions affirmées. Rigueur et clarté m’ont ainsi permis de démystifier la perception que les medias pouvaient avoir de la franc-maçonnerie, de casser certains stéréotypes et d’être un interlocuteur reconnu et respecté de la presse comme de l’audiovisuel ou des radios. Telles sont les qualités que je mettrai à la disposition de l’Association pour le bénéfice de toutes et de tous.

J’aurai au terme de cette présentation une pensée pour les personnels de l’association, en n’oubliant pas que le travail des élus serait impossible sans l’implication quotidienne des salariés. C’est ensemble que nous prolongerons avec succès les efforts de nos prédécesseurs.

Daniel Keller
Le 3 Février 2017

 


 

Editorial de la revue du mois de mars 2017

Chère camarade, Cher camarade,

Au terme des élections qui se sont tenues le 9 février dernier, il me revient d’assurer la présidence de l’Association des anciens élèves de notre École. Je suis évidemment sensible à la confiance que le Conseil d’administration m’a témoignée mais je mesure également la responsabilité qui est attachée à cette charge.

La nouvelle mandature me semble marquée par de nombreux défis face auxquels il sera indispensable de manifester à la fois unité et solidarité. L’Ena n’est pas qu’une grande école parmi d’autres. Par son histoire, elle est intrinsèquement liée au redressement que la France entreprit au lendemain de la seconde guerre mondiale. À certains égards, elle est un marqueur du chemin que notre pays emprunta et au fil duquel s’opéra sa transformation. Plus de soixante-dix ans après sa création, l’Ena est aussi devenue le bouc-émissaire des blocages de notre société. Il appartient à notre Association, en concertation avec l’École, de se mobiliser pour restaurer l’image d’une institution de référence encore plus indispensable lorsque l’État s’interroge sur l’amplitude des missions qu’il devra assumer dans les années à venir. À nous, par la diversité de nos parcours et de nos engagements de montrer que l’École n’est pas un problème mais est une réponse aux difficultés qui s’amoncellent.

Je ne doute pas que le conseil d’administration de l’Association saura, à ce titre, répondre aux sollicitations des sections qui fédèrent la représentation des anciens élèves de l’École, sans oublier le rayonnement irremplaçable que donnent à l’Ena les étudiants étrangers que nous accueillons et qui portent dans plus de quarante pays à travers le monde les valeurs du service public à la française.

Mais notre action sera d’autant plus forte que nous saurons dissiper toutes les interrogations qui se sont récemment exprimées sur la bonne santé de l’Association. Nous n’échapperons pas à un examen rigoureux et sans concession de toutes nos dépenses dans le souci du meilleur usage des cotisations que chacune et chacun d’entre vous acceptent de nous confier. Ce sera l’une des missions du nouveau conseil d’administration, lors de l’assemblée générale du mois de Juin prochain, de montrer que les orientations choisies servent les intérêts de l’Association dans le souci de consolider sa pérennité et de renforcer le lien de confiance qui nous unit.

 

Daniel Keller
Saint Exupéry 1994
Président de l’AAEENA

 

AAEENA - 226 boulevard Saint-Germain - 75007 Paris - Tél : 01 45 44 49 50 - Fax : 01 45 44 02 12 - info@aaeena.fr